Actualités

fd54b6_5b7723791718469faab1358880cc1a30mv2

« Heureux comme un juif en France » est le titre choisi par Hébraïca-Toulouse pour les Journées de la Culture Juive.

Cette affirmation a une valeur déclarative, presque injonctive. Elle fait référence au proverbe yiddish « Heureux comme Dieu en France », qui au XIX ème siècle témoignait de l’attractivité de la France pour les Juifs d’Europe centrale et orientale.

Les temps ont bien changé. La France reste un pôle attractif pour de nombreux migrants et réfugiés mais pas pour les Juifs. En effet, le dernier flux majeur de Juifs vers la France continentale date du début des années 1960 avec le rapatriement des Juifs d’Algérie. De pôle attractif, la France est devenu un pôle répulsif. L’Alya vers Israël des Juifs de France a fortement augmenté ces dernières années, encouragée par l’Etat d’Israël.

Par ailleurs, en ce début de XXI ème siècle, tenir une telle affirmation est un brin provocateur mais cependant pertinent.

Les Juifs de France sont intégrés dans la société française. Ils sont donc touchés, de ce fait, par les mêmes difficultés que traverse notre pays : difficultés économiques, menaces terroristes, crise politique… De plus, les incertitudes géopolitiques renforcent ce climat peu sécure.

Comment dire dans ce contexte que les Juifs sont heureux en France ?La dimension juive de notre identité apporterait-elle un baume particulier aux difficultés ?

Nous avons été touchés en tant que juif par des agressions antisémites et par des attentats terroristes. En tant que français nous avons été également touchés par des attentats qui ont brutalisé notre pays.

Quelles raisons alors d’être heureux ? Les relations des organisations juives avec l’Etat et les institutions de la République sont stables et sécurisantes. Notre liberté de culte est garantie. Il est possible de créer des organisations juives en toute liberté.

Cette affirmation « Heureux comme Juif en France » est à comprendre comme un devoir. Nous devons être heureux, avoir de l’espoir, croire en l’avenir.

La création de Beth Tikvah, (maison de l’espoir en hébreu) s’inscrit dans cet état d’esprit. Beth Tikvah s’inscrit dans le mouvement Massorti. J’en ai fait l’annonce publique lors de la table ronde d’Hébraïca du jeudi 24 novembre 2016. Les Juifs de Toulouse disposent avec Beth Tikvah d’une nouvelle possibilité de vivre leur judaïsme.

Toulouse devient par là-même, la ville de province qui offre aux Juifs la plus grande diversité des organisations cultuelles.

Autre motif d’être heureux alors que des jeunes s’inquiètent de leur avenir à Toulouse, relever un formidable défi Communautaire avec un grand C ! L’Espace du Judaïsme est d’après certains toulousains, le plus grand centre communautaire d’Europe avec 3 500 m². J’ai proposé au cours de cette table-ronde de faire de cet espace co-géré par le FSJU et l’ACIT un lieu qui réunisse toutes les organisations cultuelles comme cela se fait à Berlin !

Alors, malgré les difficultés auxquelles la France est confrontée, je suis heureux comme Juif en France. J’ai espoir.

Une communauté Massorti se développe à Toulouse.

Un formidable défi communautaire plus global est à relever pour offrir à nos coreligionnaires une perspective enthousiasmante et de faire de note cité un exemple dans le judaïsme  français.

Emmanuel Attali,

Beth Tikvah

massorti-toulouse.fr