Archives de l’auteur : emmanuel

Paracha Vayéchev

La semaine dernière dans la paracha Vayichlah nous avons lu l’histoire de Dina. Seule fille de Jacob, dès l’arrivée et l’installation près de la ville de Chkhèm elle est kidnappée, violentée et violée. Puis son bourreau, amoureux d’elle, décide de demander sa main à sa famille. Après une ruse imaginée par les frères, ce sera l’occasion d’un massacre et de l’anéantissement total de la ville.
Cette semaine dans Vayéchev nous lisons l’histoire de Tamar. Mariée au premier fils de Yéhouda, qui décède, puis au second, qui meure aussi, cette jeune veuve sans enfant attend patiemment d’être mariée au troisième, comme le veut la coutume et la loi de l’époque. Face au refus de son beau-père, elle use d’un stratagème pour obtenir justice. Se faisant passer pour une prostituée, elle tombe enceinte de Yéhouda lui-même, qui face aux preuves ne peut que reconnaître son tort, la sortir –littéralement- du bûcher, et reconnaître ses enfants.
Qu’ont en commun ces deux femmes ? La première ne parle ni n’intervient, et son corps est l’objet et le sujet de la violence masculine. La seconde subit aussi une violence, mais moins physique que morale et sociale, puisqu’on la condamne au célibat et à la stérilité. A la passivité de l’une répond l’action de l’autre, qui utilise avec astuce son corps et sa connaissance des mœurs de l’époque pour faire valoir son droit.
Dina est la descendante directe des patriarches Abraham, Isaac et Jacob, et son nom évoque la mesure de justice dans ce qu’elle a de rigoureux et sévère (Din). Tamar est une cananéenne dont le nom évoque un fruit doux, savoureux et généreux (la date). Des deux femmes, celle qui sera l’ancêtre du roi David (et du Messie) n’est pas celle dont la lignée est « pure ». C’est celle qui aura su surmonter ses malheurs et ses handicaps par son intelligence et sa vivacité, et atteindre son but malgré tous les obstacles.
Une fois de plus, la Torah nous offre une variation du thème qui revient à chaque génération : le mérite ne s’attribue pas à la naissance, il s’acquiert par les actes.
Chabbat Chalom
Rabbin David Touboul

Rencontre annuelle d’amitié et de partage entre juifs et chrétiens

Conférence à deux voix :

La circoncision du cœur et la nouvelle alliance

  • Madame Monique Lise Cohen, chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres
    (Jérémie 31, 31-34)
  • Fr Edouard Divry o. p.
    (Romains 2, 29)
  • Jeudi 16 janvier 2020 à 20:30 Salle Albert le Grand
    Couvent des Dominicains (route des Maraîchers)
    1 Impasse H.-D. Lacordaire
    31400 Toulouse
    tél. 05 62 17 31 63

Paracha Vayétsé

יְהִי כַּאֲשֶׁר רָאָה יַעֲקֹב אֶת-רָחֵל, בַּת-לָבָן אֲחִי אִמּוֹ, וְאֶת-צֹאן לָבָן, אֲחִי אִמּוֹ; וַיִּגַּשׁ יַעֲקֹב, וַיָּגֶל אֶת-הָאֶבֶן מֵעַל פִּי הַבְּאֵר, וַיַּשְׁקְ, אֶת-צֹאן לָבָן אֲחִי אִמּוֹ

« Lorsque Jacob vit Rachel, fille de Laban, frère de sa mère et les brebis de ce dernier, il s’avança, fit glisser la pierre de dessus la margelle du puits et fit boire les brebis de Laban, frère de sa mère. »
Ce jeune homme que la Torah nous avait décrit comme « un homme simple, habitué à rester assis dans les tentes » vient de subir une poussée d’adrénaline et de réaliser un exploit physique extraordinaire. Alors que plusieurs bergers réunis suffisaient à peine, en unissant leurs forces, à ouvrir ce puit, Yaakov y parvient seul et apparemment… sans effort.
On est saisi par le contraste entre ce jeune homme frêle, timide, effacé, rêveur, et sa démonstration de force brutale et spontanée.
Est-ce dû au coup de foudre à la vue de Rachel ?
Assiste-t-on à une antique « technique de drague » dans laquelle le jeune homme montre ses muscles pour séduire la jeune femme ?
Ou bien faut-il avoir du passage une lecture symbolique, le puits d’eau étant un symbole féminin par excellence ? La nature de Rachel étant d’être stérile, c’est la force de Yaakov qui lui permettra de se délivrer de cet état. La métaphore de la pierre qui bloque l’accès au puits serait un moyen d’annoncer ce dénouement final.
Chacune de ces suppositions peut être vraie. Comme peut l’être celle du midrach cité par Rachi, selon laquelle Yaakov possédait véritablement une force herculéenne, mais n’en avait jamais fait usage jusqu’à présent.
Mais au fond, quelle importance ? Peu importe d’où vient la force que nous trouvons en nous dans les moments critiques pour surmonter les obstacles ou faire face à des situations imprévues ! Qu’elle soit le résultat d’un mouvement spontané ou d’un long entrainement, consciemment ou inconsciemment, on est toujours beaucoup plus fort qu’on ne le croit. On le réalise, avec surprise et incrédulité, une fois l’épreuve surmontée.
 Chabbat Chalom

Parachat Toledot

En prenant soin de ne pas oublier une des caractéristiques essentielles de l’identité juive – l’humour – on pourrait dire que la Torah dans la paracha Toledot invente le diagnostic prénatal.
A une inquiétude bien légitime (son ventre bouge et remue violemment), Rebecca se voit répondre qu’elle n’attend pas un enfant ni deux, mais deux nations dont le destin est d’être concurrentes.
Les deux jumeaux se battent pour sortir premier du ventre de leur mère : le premier sera « Essav » du verbe faire/agir. Le second, tenant dans sa main le talon de son frère, sera « Yaakov », du mot Talon, mais aussi du verbe suivre, contourner, être tortueux, sinueux.
Essav est décrit comme un homme poilu et roux, attiré par la couleur rouge, le rouge du sang. C’est un chasseur, sportif, athlétique, fort, brutal, épais, impulsif, entier.
Yaakov lui, est un homme « simple » (Tam) qui préfère rester dans les tentes. Mais qui s’avère rapidement jaloux, calculateur et manipulateur.
Voilà. Les personnages sont présentés, et l’histoire peut commencer.
Mais lisez bien la suite. Contrairement à une conception répandue, les personnages vont s’employer… à ne pas ressembler à leurs caractéristiques de départ ! Esaü va apprendre à dominer son impulsivité et sa violence. Jacob, après bien des péripéties, va changer de nom pour devenir droit (Yachar El, qui donne Israël). Et ainsi chacun va illustrer par son exemple personnel ce que la Torah cherche à nous enseigner : quels que soient les déterminismes de la naissance, du milieu ou de la génétique, personne n’est condamné à jouer le même personnage toute sa vie !
Nous naissons tous inégaux et différents les uns des autres. Notre devoir n’est pas de nous cantonner au rôle que d’autres ont déterminé pour nous, et encore mois de poursuivre des luttes, des combats ou des guerres que d’autres ont commencé avant nous. Notre devoir est simplement de tenter sans relâche de nous dominer pour nous améliorer, et ainsi de contribuer à l’amélioration du monde.

Chabbat Chalom Rabbin David Touboul

Yom HaShoah / 1 mai

En prévision de Yom HaShoa qui aura lieu le 2 mai prochain, nous prévoyons de faire un office spécial avec allumage de bougies, kaddish spécial, énonciation de noms de disparus le mercredi 1 mai à 20h00.

La date du 27 Nissan a été retenue pour Yom HaShoah (le jour de la Shoah), la commémoration des victimes de la Shoah et des héros de la Résistance juive pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cette année, Yom HaShoah sera donc célébré le 1er mai au soir
Beth Tikvah organise une cérémonie à 20h (d’environ 20-30 min) au local.

Nous lirons des passages de la Meguilat HaShoah avec un allumage de 6 bougies et la récitation du kaddish à la mémoire des victimes des nazis et de leurs acolytes. .

Un échange autour du film « Jusqu’au dernier » suivra composera la 2ème partie de la soirée

Nous vous incitons à  apprendre ou réviser  le chant : « Eli Eli » que nous chanterons le jour de Yom HaShoah. Ce serait bien que tout le monde le connaisse afin d’être à l’unisson.Vous trouverez ce chant en cliquant sur le lien : https://www.youtube.com/watch?v=lFcXeGtDg7w

6 ème session francophone d’Études juives à la Yeshiva Massorti de Jérusalem


Notre vidéo promotionnelle sur YouTube avec sous-titres en francais :

Notre page facebook:

https://www.facebook.com/groups/202537296800767/permalink/997288883992267/

En pièces jointes vous trouverez notre flyer promotionnel et nos tarifs (format Excel).

Nous comptons sur vous pour faire connaître et diffuser le plus largement possible cet évènement, dans vos annonces communautaires, sur vos sites, dans vos gazettes, dans vos émissions de radio, vos pages Facebook, vos groupes WhatsApp et Twitter… Vous permettrez ainsi de faire bénéficier de ce programme d’études aux membres de votre communauté et a tous ceux et celles qui souhaitent étudier la Torah a Jérusalem dans une institution égalitaire et progressiste.

Nous restons à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.  

Recevez notre bien amical chalom

Rabbin Joel Levy

Rosh Yeshiva de la Yeshiva Conservative de Jérusalem

Dr. Eliora Peretz

Directrice du Programme en francais

Chargée du recrutement international et en Israël  

WhatsApp: 00972549182974

Rassemblement contre l’antisémitisme mardi 19/02/19

e

Rassemblement le mardi 19 février au Mémorial de la Shoah à 19h.

« Hausse de 74% des actes officiellement déclarés d’antisémitisme, profanation des symboles de mémoire juive à travers des tags ou des destructions de tombes juives, très récemment arrachage des arbres élevés à la mémoire de notre martyr Ilan Halimi, tags de croix gammées sur un portrait de Simone Veil, le mot Juden qui réapparaît, agression et insultes à l’encontre d’un d’Alain Finkielkraut, etc, etc.

Notre Société vacille. 

Des manifestations de soutien contre l’antisémitisme sont organisées ce mardi 19 février à l’appel de 14 partis politiques. Au-delà de notre sensibilité politique, appuyons ces partis politiques et les autres organisations qui les rejoindront. Le dépassement de leurs différences, leur union sur ce combat soulignent la gravité de la situation. Nous, responsables du Mouvement Massorti en France, soutenons ces manifestations et invitons les membres de notre Mouvement à y participer dans chacune des villes où elles seront organisées, et en particulier à TOULOUSE le mardi 19 février au Mémorial de la Shoah, esplanade Savary à partir de 19h00.

Mais soyons conscients que notre soutien est un appel que nous lançons pour que toutes les mesures soient prises, pédagogiques, et sécuritaires, par la surveillance des personnes et des réseaux sociaux, pour combattre ce fléau et l’éradiquer en tant que menace nationale, ce qu’il devient. Cette lutte, c’est celle de nos responsables politiques, mais pas uniquement. C’est aussi celle des acteurs de notre vie sociale qui doivent faire comprendre à tous que l’équilibre de notre société passe aussi par ce combat. »


Beth Tikvah, Communauté juive Massorti de Toulouse – http://massorti-toulouse.fr/

Massorti France

Communiqué Massorti France pour la lettre du Crif

Massorti France Proteste contre l’arrestation, en Israël, d’un Rabbin Massorti accusé d’avoir célébré… un mariage !

Jeudi 19 juillet, à 5 heures du matin, un Rabbin Israélien, exerçant à la Communauté Massorti de Haïfa, Dubi Haiyun, a été arrêté, tel un vulgaire criminel, et placé en cellule avant d’être relâché quelques heures plus tard, en raison des protestations. Le motif ? Une plainte de la Rabbanout harachit (le rabbinat israélien d’obédience ultra-orthodoxe) pour “célébration de mariage par personne non habilitée par la loi”. C’est une première dans l’histoire de l’État d’Israël. Un scandale qui a ému une part significative de la société civile, soucieuse de démocratie.

Si pareille loi a bien été instaurée depuis quelques années, sous la pression des partis orthodoxes, de ne donner de légalité aux mariages qu’à ceux pratiqués sous son autorisation explicite, elle n’avait jamais donné lieu à une mise en application, tant cette loi était jugée comme injuste et contraire aux principes de liberté de conscience et de culte. De fait, chaque année des dizaines de milliers d’israéliens se marient hors du cadre du Grand Rabbinat, soit parce qu’ils en sont exclus, soit parce qu’ils préfèrent des cérémonies alternatives, culturelles, libérales, massorti ou même orthodoxes modernes ! Le procureur général du gouvernement a d’ailleurs mis fin à la garde à vue au bout de quelques heures ainsi qu’à l’enquête, estimant que les conditions d’application de la loi devaient être évaluées par les autorités compétentes au préalable de toute décision d’application.

Au demeurant, une telle arrestation ne fait que soulever notre colère et nos plus vives protestations devant la dérive accrue vers un État autoritaire, sous la coupe de religieux les plus radicaux et intolérants qui exploitent le système des partis et des coalitions fragiles pour obtenir un monopole de légalité dans ce qui relève de la liberté individuelle. Israël ne peut devenir le seul État démocratique dans le monde dans lequel des personnes juives soient interdites de pratiquer leur judaïsme selon leurs convictions et au risque d’en être réprimées !

Nous Présidents de Massorti France et des Communautés Massorti en France, ainsi que Rabbins des communautés Massorti de France, rejoignant en cela l’ensemble des Mouvements Massorti en Israël, aux États-Unis et dans les autres pays, nous adressons une forte protestation vis-à-vis des dirigeants israéliens responsables d’une telle évolution et leur demandons de faire respecter, que ce soit au sein du judaïsme comme des autres religions, le respect de la pratique religieuse, base d’un État démocratique moderne dont nous attendons de tout gouvernement d’Israël d’en demeurer le garant.

Guy Schapiro, Président de Massorti France
Aline Benain, Présidente de la synagogue Adath Shalom (Paris XVe)
Daniel Stein, Président de la synagogue Dor Vador (Paris XXe)
Pierre Ganansia, Président de la synagogue Neve Shalom (St-Germain-en-Laye)
Franck Médioni, Président de la synagogue Maayane Or (Nice)
Sonia Binisti, Présidente de la synagogue Judaïca (Marseille)
Patrick Gérard Israël, Président de la synagogue Or Chalom (Aix-en-Provence)
Emmanuel Attali, Président de la communauté Beth Tikvah (Toulouse)

MM. Les rabbins
Rivon Krygier (Paris XVe), David Touboul (Nice), Yeshaya Dalsace (Paris XXe) et David Mattis (rabbin honoraire)

Photo du rabbin Dubi Haiyun D.R.

Maayane Or
17, avenue Shakespeare
www.massorti-nice.com
contact@massorti-nice.com
Franck Médioni
06 82 02 81 90

Peut-on inviter une personne non-juive à la table du Seder de Pessah ?

Il existe bien une règle halakhique interdisant d’inviter une personne non-juive aux repas des fêtes prescrites par la Tora, contrairement à ceux de Chabbat où cela est parfaitement
autorisé.

Mais nous soutenons que si certaines précautions sont prises, il n’y aurait aucune infraction à la loi fondamentale.

Ces mesures méritent d’être appliquées afin de lever toute prévention. En effet, il existe, à notre humble avis, diverses raisons religieuses majeures pour lesquelles il convient d’inviter des personnes non-juives lors des fêtes chômées. S’agissant plus spécifiquement du Seder de Pèssah, autant que j’ai pu m’en enquérir dans les sources halakhiques, je n’ai jamais rencontré un interdit spécifique à Pèssah interdisant la participation de non-juifs ! (non-juif-au-seder-de-Pessah)

Election Massorti France

 

Aline Schapira passe le relai à Guy Schapiro

De Schapira (Aline) à … Schapiro (Guy), il n’y a qu’un pas, franchi ce dimanche lors de l’Assemblée Générale de Massorti France, qui a réuni à Paris les administrateurs des 6 communautés Massorti de France.

Aline Schapira, Présidente de Massorti France depuis 2011, a souhaité passer le flambeau et revient sur 6 années de présidence : « le judaïsme Massorti, si on devait le situer sur une carte, serait en France entre le judaïsme dit orthodoxe et le judaïsme libéral. Il serait même plus proche du courant néo-orthodoxe, avec lequel nous partageons beaucoup de convictions et de valeurs. Il reste beaucoup à faire pour développer ce mouvement en France, où il a une vraie place et légitimité et je souhaite pleine réussite à mon ami Guy Schapiro », affirme l’ex-présidente.

Guy Schapiro, 65 ans, a été le premier Président d’Adath Shalom, dont il est toujours administrateur, et Trésorier de l’Ecole Juive Moderne (EJM). Il est membre de Massorti France depuis sa création en 2007.

Guy Schapiro : « Le judaïsme Massorti est un judaïsme traditionaliste. La même racine est employée pour Massora ou Massoret : la tradition. Cela désigne aussi la transmission. Le mouvement Massorti est très répandu dans le monde entier, mais est encore trop peu connu en France. D’ailleurs, si vous considérerez que le respect des 613 commandements est fondamental mais que l’interprétation de nos textes est possible, que les hommes et les femmes sont égaux en droits, si pour vous Israël est central… vous êtes un juif Massorti qui s’ignore ! C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je m’attacherai à mieux faire connaître notre Mouvement et à le développer en renforçant sa présence au sein du tissu juif français. »

Massorti France regroupe à ce jour 6 communautés, fait partie de Massorti Europe et est en lien étroit avec Massorti Olami .Le mouvement Massorti, s’il est resté discret en France, est un mouvement très dynamique en Europe, aux Etats Unis, en Amérique du Sud et en Israël. Il prône le respect de la Halakha, la centralité de l’Etat d’Israël et l’égalité de droits entre hommes et femmes.
Massorti France a pour but de faire connaitre et de développer un judaïsme ouvert sur le monde moderne dans le respect de la Halakha.

Conservative Yeshiva : Séminaire d’hiver à Jérusalem

Après le succès des années précédentes du séminaire d’été en Français à la Conservative Yeshiva de Jérusalem, nous avons été sollicités pour organiser une session d’hiver.

C’est donc une première que nous vous proposons du 2 au 9 Février 2018 !

Le programme est passionnant.

Son thème :

Les Textes dans leurs contextes : le Tanakh à la lumière d’exégèses rabbiniques et archéologiques

Les détails ainsi que le bulletin d’inscription.

Merci de diffuser cette opportunité aux plus grand nombre, dans votre communauté, auprès de vos amis, de vos relations qui pourraient être intéressées …

Nous restons à votre disposition pour toute question. Mais vous pouvez d’ores et déjà consulter le Séminaire Français sur le site https://www.conservativeyeshiva.org/

En attendant d’avoir le plaisir de vous revoir -pour certains- ou, de faire votre connaissance -pour d’autres-,

Recevez notre bien amical chalom

Joanna Kubar et Maayane Meyer (meyer.marieanne@bbox.fr)

Hanoucah

Résultat de recherche d'images pour

Cette année nous avons le plaisir de vous annoncer que Jacqueline va nous accueillir pour la Havdala le samedi 16 décembre, le 28 Tevet à 19h30 et l’allumage de la 5ème bougie de Hanouka à 20h30.

 
Comme chaque année, nous partagerons un repas convivial. Pour toutes questions relatives à l’organisation de la soirée, nous vous invitons à vous rapprocher et nous envoyer un mail
beth_tikvah@yahoo.fr
 

Guide pratique de Hanoucah

Les Journées de la Culture Juive – 13/11 à partir de 20h45

Les Journées de la Culture Juive

L’association HEBRAICA proposera cette année la première table ronde sur la diversité des judaïsmes à laquelle assistera un rabbin Massorti. David Mattis avec qui BETH TIKVAH à partager le shabbat du 3/4 novembre, sera présent le lundi 13/11 à partir de 20h45 à l’EDJ, ainsi que les rabbins Tom Cohen pour le mouvement libéral et Moche Chein représentant du courant Loubavitch.

Le programme complet

Soyons nombreux à nous y retrouver.

Festival Musique au Palais

BETH TIKVAH a le plaisir de vous informer que l’Association Musique au Palais (à l’initiative d’Emmanuelle SIRAT), proposera dans le cadre de la 3ème édition du Festival Musique au Palais du 25 et 26 novembre, une journée intitulée « un voyage en Europe de l’Est » avec de la musique klezmer.

La troisième édition du festival aura lieu dans le cadre magnifique, à l’acoustique exceptionnelle, dans grand Salon du Palais Niel, quartier général de l’armée de Terre et des parachutistes, au cœur de la ville Rose.

Musiciens professionnels, Grands Amateurs et Jeunes Talents seront parmi nous.

Une partie de la journée du dimanche 26, sera consacrée à la musique d’Europe de l’Est : Enesco, Janacek, Bartok, mais aussi la musique Yiddish et Klezmer

Grâce à 3 musiciens talentueux : Jean-Pierre Cohen, André Antibi et Jacques Bilfeld, vous découvrirez ou redécouvrirez la musique klezmer et Yiddish.

Cette façon de phraser (glissandi, hoquets) qui rappelle des gémissements ou des sanglots. Ce recours permanent à l’ornementation de la mélodie qui évoque les inflexions d’une voix humaine. Et en particulier, son caractère à la fois mélancolique (voire déchirant) et exubérant, sa capacité de « rire avec des larmes » qui traduit son profond enracinement dans l’âme juive.

Vous trouverez le programme et les détails sont sur le site internet.

Vous pouvez acheter vos places jusqu’au 22 novembre 2017. En raison du plan Vigipirate au Palais Niel (site militaire) il n’y aura pas de possibilité d’acheter ses places le jour des concerts.

 

 

Lettre ouverte aux rabbins de Marseille (article J.Forum)


Lecture de la Megillah par les femmes orthodoxes à Paris, en 2016, à l’occasion de Pourim. Assise parallèle hommes/femmes et mehiçah

Lettre ouverte à Messieurs Réouven Ohana, Shmouel Melloul, Avraham Meimoun,rabbins au Consistoire Israélite de Marseille.
Lecture de la Torah par les femmes dans le courant orthodoxe

Nous sommes 3 organisateurs qui avions préparé un office du chabbat matin, pendant lequel des femmes étaient appelées à lire la Torah, pendant que les hommes auraient mené les offices. Il devait se tenir le samedi 24 juin 2017 au Centre Fleg à Marseille. Vous avez jugé qu’il y avait urgence absolue à vous réunir pour empêcher cette lecture de la Torah. On vous aurait presque félicité s’il ne s’agissait pas d’une fausse urgence.

A défaut de vous adresser directement aux organisatrices et aux organisateurs de cette lecture pour dialoguer avec elles/eux, vous avez préféré cosigner le 22 juin 2017 ce que vous avez appelé un « communiqué des rabbanim », sur papier à entête du Grand rabbinat de Marseille, Consistoire Israélite de Marseille (1), et, par cette voie, leur demander de (je cite):

« ne pas heurter la sensibilité du public de la ville » ;
« de laisser la lecture de la Torah au baal koré comme le stipule la halakha » ;
« et comme c’est l’usage dans la ville de Marseille dans toutes les Communautés… » ;
« pour une bonne entente entre les fidèles et pour le Chalom ».

Il m’est agréable de vous informer que les offices de shaharit et de musaf menés exclusivement par les hommes ainsi que la lecture de la Torah (sefer rishon, sefer sheni étant donné rosh hodesh Tammuz et la haftarah) menée par les femmes se sont tenus dans les conditions prévues et conformément à la halakhah (loi juive), cela va de soi. L’assise était parallèle, les hommes et les femmes étant séparés par une mehiçah.

Ce fut un grand moment de qedushah de hit’allut ha-nefesh, de hithazzequt où tous les fidèles ont participé à l’office dans un silence que l’on ne connaît plus dans la plupart des synagogues. Il a été suivi d’un qiddush et d’un repas au cours duquel des commentaires de la Torah (divrey Torah) ont été présentés.

Il m’est également agréable de remercier les coorganisateurs : la directrice de la Bibliothèque juive de Marseille pour son courage et son travail remarquable et son implication dans la communauté de Marseille et le Centre E.Fleg, son président, sa directrice dynamique et dévouée et son Conseil d’Administration pour leur attitude digne et neutre, pour leur ouverture sur notre société et sa pluralité culturelle comme en témoigne leur communiqué de presse du 23 juin 2017 (2).

Suite de l’article