Vayéchev-Hanouka

Un allumage commun avec plusieurs communautés Massorti de France
 
SUR ZOOM TOUS ENSEMBLE ALLUMONS LA 4ème BOUGIE, LE 13 DÉCEMBRE DÈS 17H40

Avec la participation des Communautés Massorti de Nice, Aix-en-Provence, Marseille et St Germain en laye, Toulouse, Paris (AS) et des amis des Colloques Schibolèt

17h40 : Accueil musical

18h00 : Allumage musical de la quatrième bougie de Hanoucca (préparez chez vous votre Hanouccia : quatre bougies et chamach). Bénédictions et chants dans le Sidour vert MF, p. 350-355, ou téléchargez et imprimez le fichier ici.

Chants et mots des communautés et présentation de la seconde partie de la soirée par Mischa Wolkowicz, président de Schibolèt
Pause « soufganiot », le temps d’un repas
 
Connectez-vous par ZOOM ici
 Nº de réunion : 829 3671 4867 / Code d’accès : 979885
 
20h00-21h15 : Diffusion du documentaire « Alyah : de juifs à Hébreux », réalisation : Antoine Mercier
Antoine Mercier est ancien présentateur et journaliste à la rédaction de France. Il mène régulièrement des séries d’entretiens sur Akadèm. Le lien de visionnage du film vous sera communiqué dès votre connexion zoom. Vous n’aurez qu’à cliquer).

21h30-22h15 : Réactions des internautes et questions directes à Antoine Mercier (lien zoom identique)
Connectez-vous par ZOOM ici
 Nº de réunion : 881 5991 5422 / Code d’accès : 448405
 
En quoi consiste exactement le miracle de Hanouka ?
On a beaucoup insisté sur le prodige : une petite fiole d’huile, dont la combustion pour les sept branches de la ménorah ne pouvait durer qu’une petite journée, mais qui a finalement duré huit jours.
Ce qui voudrait dire que le miracle proprement dit a duré… sept jours. Puisque le premier jour, l’ordre naturel des choses n’a pas été modifié, l’huile brûlant normalement.
A moins que ce ne soit le contraire. Peut-être le miracle est-il justement qu’on ait allumé la ménorah le premier jour. Alors que l’observation et la raison disaient que c’était inutile, que les flammes qui venaient de naître allaient mourir dans quelques heures et que cela n’aurait servi à rien.
Le miracle, c’est quand les malheurs, les catastrophes et les guerres n’ont pas tué la flamme de l’espoir dans le cœur des hommes. Quand au milieu des ruines il y a encore suffisamment d’énergie pour entamer la reconstruction. Et quand au cœur des ténèbres il y a encore des yeux qui refusent de s’habituer à l’obscurité et exigent une petite flamme.
La Halakha nous dit qu’à Hanouka, la mitsva consiste à allumer les lumières (le fait de les poser à la fenêtre et de les laisser brûler un certain temps est important mais est dissocié du commandement). Ainsi le texte de la bénédiction : “[…] qui nous as sanctifié par ses commandements et nous a ordonné d’allumer les bougies de Hanouka”. Une façon de dire que tant que nous aurons assez de force, d’énergie et de foi pour les allumer encore et encore, nos lumières ne seront pas limitées dans le temps. Elles seront éternelles.

Hanouka sameah et Chabbat chalom
Rabbin David Touboul